Ventilation et isolation

L’effet collatéral de l’isolation

Pour économiser l’énergie, la première chose à faire est de bien isoler (on parle d’isolation thermique des combles, des murs, des planchers) afin d’éviter le gaspillage.
Dans les anciennes bâtisses, la ventilation s’opérait de manière naturelle.

L’air empruntait des voies telles que les fentes entre les briques, ou les fissures et les ouvrants pas très étanches.

L’aération ne posait donc aucun problème même si cela avait un coût généré par les déperditions de l’air chauffé.
 Depuis quelques dizaines d’années, les résidences sont de mieux en mieux isolées. Le toit, les murs, et les planchers isolés empêchent le renouvellement d’air, c’est pourquoi il est indispensable de penser à installer des systèmes de ventilation performants.

La consommation d’énergie baisse mais la différence entre la chaleur de l’air intérieur et celui de l’air extérieur a pour conséquence de créer un climat intérieur plutôt humide, avec des odeurs de moisi et de renfermé.

L’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur

L’air que nous respirons à l’intérieur de nos habitations est souvent plus pollué que l’air extérieur.

D’après de nombreuses études, on retrouve de nombreuses substances polluantes, nocives pour la santé : l’acrylnitril (un cancérigène que l’on retrouve dans les tapis, la moquette et les papiers peints), le xyligen B, le cadmium, les dioxines, le formaldéhyde, les pesticides, le PCP, des solvants…

L’effet des polluants sur la santé :

• Irritations des yeux, du nez, de la gorge, des oreilles.
• Maux de tête, Irritation du système nerveux.
• Nausées, cancers, Maladies cardio-vasculaires.
• Troubles respiratoires, crises d’asthme, Allergies.

Un seau d’eau pour quatre personnes : humidité

Dans une habitation, on rejette plus d’humidité et de CO2 qu’on en inspire, notamment à cause de la respiration : l’air expiré comporte 100 fois plus de CO2 et 10 fois plus de vapeur d’eau.

En respirant, une famille de 4 personnes produira près de 12 litres d’eau par jour, sans compter l’humidité due à la cuisson, à la salle de bain, ou à la transpiration.

La ventilation devient essentielle pour le bien-être.

La ventilation va assainir l’air intérieur et rendre plus confortable la vie dans l’habitation. En couplant un bon chauffage, une ventilation double flux, et une climatisation, on optimise la qualité de l’air intérieur.

La ventilation, c’est bon pour la santé

Comme vu plus haut, une ventilation insuffisante exerce une influence négative sur le bien-être et la santé.

Dans une résidence mal ventilée (sans VMC), les personnes ayant un système respiratoire fragile peuvent être indisposées et développer des difficultés à respirer correctement.

On observe que plus l’isolation augmente, plus le nombre des patients asthmatiques augmente. Le problème n’est pas dû à l’isolation mais au non renouvellement de l‘air. Donc un système de ventilation (ou VMC: Ventilation Mécanique Contrôlée) est indispensable.

La ventilation nuit aux économies d’énergie…pas si simple.

La ventilation fait forcément perdre de l’énergie car on expulse de l’air provenant de l’intérieur de l’habitation qui est forcément plus chaud, en le remplaçant par de l’air plus frais importé de l’extérieur.

Toutefois, la VMC double flux, qui fait partie des systèmes de ventilation moderne, est peu consommatrice d’énergie car sa technologie permet de récupérer la chaleur de l’air sortant (donc l’air chauffé).

De cette manière la perte d’énergie est infime.

Les systèmes de ventilation:

Système A : la ventilation naturelle

Il s’agit là de placer des grilles d’aération dans les châssis des fenêtres ou simplement de renouveler l’air en ouvrant les fenêtres.

Souvent, on place des conduits en maçonnerie qui se chargent d’évacuer l’air altéré grâce au tirage thermique comme pour une cheminée. La solution qui consiste à ouvrir les fenêtres est certes saine, mais elle est couteuse en énergie surtout si on laisse les fenêtres ouvertes toute la nuit.

Système C : la ventilation mécanique individuelle

Le principe est simple : c’est une ventilation naturelle d’air frais dans les pièces sèches (séjour, chambre) et une évacuation mécanique dans les pièces humides ou contenant de l’air vicié (comme la salle de bain, les toilettes, la cuisine).

Le ventilateur aspire l’air vicié chargé d’humidité, d’acariens, etc. et chaud pour le refouler à l’extérieur.

Il fonctionne à la demande (ventilation autorégulante).

Système D : la ventilation qui garde les calories

Ces systèmes de VMC sont dotés d’un récupérateur de chaleur et s’appuient sur une technologie avancée qui garantit une atmosphère intérieure saine et de fortes économies d’énergie.

L’unité comprend 2 ventilateurs : le premier évacue l’air vicié vers l’extérieur et le second diffuse à l’intérieur l’air frais venant de l’extérieur.

L’air altéré est poussé vers le récupérateur de chaleur et y croise dans l’autre sens l’air frais.

Ainsi, l’air qui vient de l’extérieur se trouve réchauffé avant d’être insufflé dans l’habitation. Ce système réduit fortement les déperditions de chaleur dues à la ventilation.

Un projet de rénovation, pensez à la ventilation

Dans le cas de la rénovation de maisons anciennes, nous vous conseillons de veiller au respect des critères modernes en termes de confort, de santé et de consommation d’énergie.

L’isolation sera l’un des tous premiers chantiers à entreprendre mais il ne faudra pas pour autant négliger la ventilation qui, dans le cas contraire aurait des conséquences dommageables au niveau de l’atmosphère de votre habitation, avec les conséquences évoquées ci-avant (moisissures, condensation, allergies,etc.).

Reconnu Garant de l'Environnement

 

Reconnu Grenelle de l’environnement, ah oui à l’époque Borloo, Jean Louis, notre ancien, ancien ministre de l’environnement… Mais bon Grenelle, c’est pas très clair, notre nouveau, nouveau, nouveau Ministre de l’environnement s’est empressée de clarifier la chose, finit Grenelle, place au Garant de l’environnement. Ca fait mieux, et en même temps on peut effacer la trace Borloo et son Grenelle. En tout cas ce qui est sûr c’est que sur le terrain rien ne se clarifie, bien au contraire, des professionnels qui vous demandent si c’est la même chose, on en a … Donc merci, la valeur ajoutée !